Pihen les Guînes

Accueil Origines Salles du musée Actualités Pages d'histoire Photos-Dessins Visite de Guînes  


 

Ruelles du Moulin
23 Clochers !
"Les ripailles"

 



 

Remonter
Alembon
Andres
Bainghen
Bonningues
Bouquehault
Boursin
Caffiers
Campagne
Ecottes
Fiennes
Frethun
Guînes
Hames-Boucres
Hardinghen
Herbinghen
Hermelinghen
Hocquinghen
Le Marais
Licques
Nielles les Calais
Pihen les Guînes
Sanghen
Saint Tricat

 


 

 

 

 

 

--Clic droit--

Copiez l'adresse

--Clic gauche--

envoyez un E.Mail

 

 

L'Eglise Notre-Dame de l'Annonciation

 

Au Moyen Age, Pihen fit partie du comté de Guînes puis demeura aux Anglais de 1347 à 1558 comme toutes les paroisses du Calaisis.

Les tribulations de Pihen n'étaient pas terminées pour autant. Un jour, on était aux Français, le lendemain, on pouvait se retrouver aux Espagnols. Ce qui fut le cas de 1596 à 1598.

 

 L'ancienne église de Pihen, datant du XIII" siècle, en fit les frais et fut incendiée à cette époque.

L'église de Pihen est un monument qui a été construit au XIII" siècle. Le chœur éclairé par des fenêtrés à lancettes, est terminé en polygone. Ses voûtes à nervures sont supportées par des colonnes dont le fût très mince est accolé aux angles de la construction et dont les chapiteaux, fort bien conservés, sont d'une rare élégance. La tour, qui se trouve entre le chœur et la nef, présente dans sa partie basse des arcades romanes. La nef a été reconstruite depuis quelques années, La tour est démolie; le chœur subsiste: il est terminé par un chevet à trois pans... ; des colonnettes à peine engagées supportent des chapiteaux à crochets, présentant cette particularité qu'une bague ceint la corbeille à sa partie supérieure, en passant sous les crochets; le tailloir est carré.

Les murs sont en craie taillée; sur les angles du chevet s'appliquent des contrefaits peu saillants qui se perdent, à leur base, dans le soubassement de l'église.

La nef de l'église a été reconstruite au milieu du XIXe siècle, grâce au concours de nombreux bénévoles.

 

L'ancien cimetière, qui entourait l'église, compte plusieurs pierres tombales anciennes. Mur de la nef au sud, en pierre grise de Marquise: Alexandre-Roger de Colbert de Castel Hill, décédé au château de la Rocherie le 19 juillet 1829. Contre le mur occidental du croisillon sud (autrefois mur sud du chœur) François de Reynaud d'Arnaud.