"Les ripailles"

Accueil Origines Salles du musée Actualités Pages d'histoire Photos-Dessins Visite de Guînes  


 

Cartes postales
Photos d'hier
Photos d'Aujourd'hui

 



 

Remonter
Ruelles du Moulin
23 Clochers !
"Les ripailles"

 


 

 

 

 

 

--Clic droit--

Copiez l'adresse

--Clic gauche--

envoyez un E.Mail

Un montage photos proposé par JLB

 

Prendre en photo des personnages en costumes d'époque dans un décor souvent inadapté n'est pas l'idéal. Isoler ces portraits qui évoquent une période lointaine et les fusionner avec les lieux où l'Histoire s'est réellement déroulée est l'occasion de rendre hommage à toutes les associations historiques qui animent de plus en plus nos communes...

C'est le cas de notre village, Guînes, un bourg particulièrement ancien situé aux pieds des collines de l'Artois. Il fut pendant plus de 200 ans (1351 à 1558) une possession anglaise. En 1520, François 1er et Henry VIII décidèrent d'une rencontre en ce haut lieu pour sceller alliance. C'était sans compte avec Charles Quint qui fit échouer cette union. De cette époque, il ne reste rien; le château fort fut même entièrement rasé par le Duc de Guise après la reprise Guînes aux anglais. Aujourd'hui, nous n'avons que le souvenir de cette période et un grand nombre de bénévoles aiment à retracer, chaque année ce moment de l'Histoire de France au travers de spectacles historiques ou repas-spectacles: "Les ripailles".

Voici donc, une page de l' Histoire de France, certes un peu revisitée:

L'entrevue du Camp du drap d'Or, l'une des plus prestigieuses rencontres de rois ... .

 

 

Henry VIII, roi d'Angleterre et Catherine d'Aragon firent dresser près du château de Guînes, le plus luxueux camp composé de riches tapisseries, d'étoffes de velours et de soie, de joyaux précieux, de vaisselles d'or et d'argent.

 

François 1er, roi de France et Claude de France s'établirent à Ardres, accompagnés de leurs chevaliers, d'une richesse de Pavillons .

 

 

Toute une Noblesse exceptionnelle accompagnée de serviteurs et ouvriers vient ainsi s'établir pour quelques temps dans la région...

 

 

Chez les Anglais, le Maréchal de Calais, Sir John Pecche s'inquiéta des victuailles et des personnels nécessaires pour nourrir tout ce beau monde qui s'installait à Guînes.

 

Côté français, on était dans le même embarras avec cette imposante cour qui suivait le Roi de France.

 

Les villageois étaient tout étonnés de voir autant de nobles anglais et français parcourir les chemins, s'établir en tous lieux.

 

Pendant ces fêtes qui durèrent 20 jours, de nombreuses danseuses furent mises à contribution aussi bien côté anglais que français.

 

Les festivités étaient souvent interminables et les moments de repos assez rares...

 

 

Le jour, les chevaliers s'affrontaient dans des joutes amicales...

 

Les combats étaient le passe-temps favori des chevaliers dans l'attente de cette fameuse entrevue.

 

 

Mais le soir, la fête reprenait avec ses banquets, ses bals et festivités en tout genre.

 

 

Nourrir tout ce monde n'était pas chose aisée et cuisiniers, serveurs avaient bien de la peine à suivre le rythme ...

 

 

Venus d'Angleterre ou choisis dans la région, nos gens étaient toujours à l'ouvrage...

 

 

Aussi, la Noblesse, heureuse de participer à cette entrevue historique, à ces fastes en profitait largement.

 

 

Et si les nuits furent des plus mémorables, l'entrevue fut un échec diplomatique.

On ne réussit qu'à montrer la richesse des deux camps et à parader. Aucun accord ne fut conclu !

 

En 1558, Le duc de Guise reprendra Guînes aux Anglais.

Le village sera complètement brûlé et quelques années plus tard, l'imposant château-fort sera entièrement rasé.

Guînes tombera alors dans l'oubli ...

 Crédits photos: Jean-Louis BODART

Société Historique de Guînes