Rivages anciens

Accueil Origines Salles du musée Actualités Pages d'histoire Photos-Dessins Visite de Guînes  


 

Extraits du Livre
Expositions
Manifestations
Histoires brèves
Evénements
Documentation

 



 

Remonter
Rivages anciens
Comtes de Guînes
Blanchard-Jeffries

 


 

 

 

 

 

--Clic droit--

Copiez l'adresse

--Clic gauche--

envoyez un E.Mail

 

Texte extrait "des  Origines à nos jours" par Jacques Louf

 

Guînes et les rivages anciens

 

 

Blottie au pied des collines, à l'extrémité de la rivière qui la relie à Calais, la ville de Guînes, malgré ses rues trop étroites, héritées d'un autre temps, impressionne favorablement celui qui y entre aujourd'hui pour la première fois. Si le voyageur arrive de Calais en longeant la rivière par une route agréablement garnie de villas, le quartier pittoresque du Batelage l'accueille au bas des pentes qui mènent vers la haute ville, en passant par la vieille motte féodale et sa Tour de l'Horloge. Si c'est d'Ardres qu'il descend vers Guînes, ce voyageur peut, des hauteurs du Blanc Mont ou du Moulin à Huile, admirer le beau panorama que présente, au loin, la ville de Calais et au-delà, l'horizon marin. Vient-il de Caffiers par les limites ouest de la forêt de Guînes, Saint-Blaise et la Bien Assise offrent leurs ombrages à l'entrée du pays. Si ce voyageur descend d'Hardinghen par le mont de Fiennes, un spectacle admirable s'étale sous ses yeux par-dessus la forêt qu'il doit traverser avant de gagner Guînes : en bas, le clocher pointu de la ville perce à travers les arbres; mais s'il fait un tour d'horizon de la gauche vers la droite, la vue s'étend de Boulogne à Dunkerque, le détroit du Pas-de-Calais scintille sous ses yeux, et si le ciel est clair, les falaises de la blanche Albion se devinent sur la mer comme un ruban argenté. Au-dessus des collines du boulonnais, pointe la colonne de la Grande Armée; les carrières de Marquise déchirent les derniers reliefs qui conduisent le regard vers les Noires Mottes et le Cap Blanc Nez; les installations extérieures du tunnel sous la Manche s'aperçoivent aux portes de Calais, ainsi que le beffroi et les monuments de la grande cité voisine. Plus loin, l'étendue sans relief de la plaine de Flandres inclut, jusqu'à Gravelines, tout le territoire qui constitua naguère le comté de Guînes. Derrière la centrale nucléaire de Gravelines, se devinent encore Dunkerque et la Belgique et le tour d'horizon s'arrête aux pentes du Mont Cassel.

 

Carte des anciens rivages

 

Près de l'observateur, au cœur de ce paysage attrayant, s'est édifiée la petite ville de Guînes, dont nous avons entrepris de conter l'histoire. Certes, les siècles ont apporté des changements à l'environnement, mais le site géographique et le relief n'ont pas changé. On peut donc imaginer ce qu'il était aux époques historiques antérieures car la terre où vivent les Guînois est toujours celle qu'ont foulée et travaillée leurs ancêtres.

 

Jacques Louf