Comtes de Guînes

Accueil Origines Salles du musée Actualités Pages d'histoire Photos-Dessins Visite de Guînes  


 

Extraits du Livre
Expositions
Manifestations
Histoires brèves
Evénements
Documentation

 



 

Remonter
Rivages anciens
Comtes de Guînes
Blanchard-Jeffries

 


 

 

 

 

 

--Clic droit--

Copiez l'adresse

--Clic gauche--

envoyez un E.Mail

 

Texte extrait "des  Origines à nos jours" par Stéphane Curveiller

 

Les premiers comtes de Guînes

 des personnalités contrastées

 

Sifrid est un personnage emblématique; d'origine danoise selon Lambert d'Ardres, de parenté royale même, il est déterminant puisqu'il fait élever une motte entourée de haies et d'un double fossé dans cette «bourgade sans défense» sur laquelle est construit le premier espace fortifié, origine du château fort de Guînes. Réconcilié avec Baudouin le Chauve, comte de Flandre, il est fait chevalier et reçoit la terre de Guînes.

 

Ardolf (962-997). Son enfant nommé Ardolf (Adalwulf ou Adolphe) lui succède de 962 à 997 et peut être considéré comme le premier comte du dit lieu. Orphelin très tôt, il est élevé à la cour du comte de Flandre, Arnoud de Gand, qui lui remet le comté de Guînes à l'âge adulte le fait également chevalier et augmente sa terre. Ce dernier point fait allusion à l'obtention par le jeune comte et ses descendants de nouvelles terres du pays de Brédenarde, d'Audruicq et de toutes les paroisses qui en dépendent situées entre la rivière Neuve (Neuva) et le pont de Nieurlet (Nieurled), composées de vastes pâturages et d'une zone boisée. La légitimité de cette donation, de cet ensemble de donations pouvons-nous dire, fait d'Adolphe le premier comte de Guînes qui s'oppose à l'usurpation de ce territoire par son père. Par son mariage avec Mahaut de Boulogne, il serait père selon certaines sources de deux enfants, Raoul (Radwulf) qui succède à sa mort en 997 et un autre qui meurt en bas âge, un dénommé Roger.

 

Radwulf ou Raoul (997-1034). Les chroniques nous éclairent davantage sur ce nouveau comte. Décrit comme un guerrier vaillant, il est cependant très prodigue malgré l'accroissement de terres laissées par son père, et les revenus seigneuriaux sont insuffisants. Il accroît donc servitudes et taxes sur ses sujets; le plus célèbre exemple est l'impôt pesant sur les massues en bois des paysans!

 

Raoul a plusieurs enfants après s'être marié avec la fille du comte de Saint­Pol, Rascelle. Les écrits nous font part d'une vie désordonnée qui s'achève lors d'un tournoi à Paris probablement en 1034. Selon André Duchesne, il est blessé dans «le petit ventre» et «dans l'œil». Lambert d'Ardres insiste sur ce personnage «dépravé», le dévalorise ("son corps tombé de dessus de son cheval, fust déchiré des chiens, puis jeté indignement dans la rivière de Seine").

 

Le jugement de Dieu est sévère. De plus, les moines de Saint-Bertin ne portent guère dans leur cœur les gens de la Maison de Guînes car ces derniers ont progressivement acquis leur autonomie sur une ancienne possession de l'abbaye.

 

Stéphane Curveiller