La cave de la mairie

Accueil Origines Salles du musée Actualités Pages d'histoire Photos-Dessins Visite de Guînes  


 

J. Patrimoine 2010
J. Patrimoine 2011

 



 

Remonter
A la bien-Assise
Le château
A l'estaminet
A l'église
La cave de la mairie
A la mairie

 


 

 

 

 

 

--Clic droit--

Copiez l'adresse

--Clic gauche--

envoyez un E.Mail

 

 

MAI RI E - SOUS-SOL

                                       *****************

le public entre par la cave et regarde dans le fond de la pièce

un homme assis à une table et une femme devant lui.

 

 

Mme Ligny             Monsieur Cuisinier, voilà bien un drôle d'endroit pour recevoir les invités au banquet!

Victor Cuisinier    Mme Ligny, nous ne sommes pas dans les prisons ou les cachots de la mairie, comme je l'ai déjà entendu dire

                              mais simplement dans les sous-sols de la mairie; c'est là voyez-vous que nous allons pouvoir stocker le matériel

                             des pompiers.

Mme Ligny            Oui mais quand même, avouez que cet endroit fait davantage penser à une prison qu'à un hangar.

Cuisinier                Peut-être, peut-être, mais bon j'avais besoin d'un petit coin tranquille pour mes inscriptions.

Mme Ligny             Tranquille c'est sûr mais un peu glauque!

Cuisinier                Sûrement chère Mme Ligny mais si ce bon M. Ligny, votre maçon de mari, avait été un tant soit peu plus prompt

                               à respecter ses engagements, les travaux de notre nouvelle mairie auraient été terminés, j'aurais pu utiliser un

                               bureau du rez-de-chaussée, tandis que là, les ouvriers de M. Ligny en sont encore à poser le grand carrelage au

                               hall d'entrée.

Mme Ligny            Vous par contre M. le Docteur Cuisinier, vous êtes toujours aussi prompt à la critique et aux remarques

                              désobligeantes.

Cuisinier                Du tout Mme Ligny, pas du tout, je suis tout simplement un homme engagé, un élu soucieux de la gestion des

                               deniers publics et surtout de l'intérêt général.

 

 

Mme Ligny             Oui, bon, nous allons en rester là car je sens que vous allez encore me parler des devis de mon mari.

Cuisinier                 Ils étaient un peu élevés effectivement Mme Ligny, près de 40 000 francs, c'est une belle somme.

Mme Ligny              Et qui se transforme en un bien bel immeuble M. Cuisinier, et vous semblez ignorer que mon mari a fait bien des

                                sacrifices sur son tarif.

Cuisinier                 Ah, il peut Mme Ligny, c'est quand même lui qui récupère à peu près tous les travaux engagés par la

                                municipalité.

Mme Ligny              Hum. Arrêtons là M. Cuisinier, arrêtons là, vous voulez bien, et inscrivez-nous, mon mari et moi, sans oublier

                                mon frère et sa femme ainsi que mes deux filles et mes gendres, mes deux neveux, pour ce fameux banquet

                               dont vous être l'organisateur, je crois.

Cuisinier               Bien sûr Mme Ligny, bien sûr, une inauguration du nouvel hôtel de ville de Guînes mérite bien un banquet au

                             Salon des Trois-Fontaines. Alors je note M. et Mme Ligny plus 6 personnes si j'ai bien compris, à 10 francs la

                             place, cela fait tout juste 100 francs.

Mme Ligny           100 francs et bien dites donc ça fait une belle somme. Vous pourriez peut-être faire un petit effort et que la mairie

                             offre à son concepteur, à son constructeur, une place au banquet pour lui et son épouse, en récompense des

                             efforts consentis.

[Du bruit, une claque qui résonne dans l'escalier]

 

Margot                 Tiens prends celle-là gendarme d'opérette.

Le chef-gendarme Espèce de truie sauvage, je vais te faire bouffer ton balai, mais rattrape-là toi Cornichon.

Gendarme             Mais chef, elle m'a mordu la Caronne!

Margot                  C'est ça, faut un brigadier alcoolique et un gendarme idiot pour attraper une pauv'femme.

 

(Margot est presque en bas de l'escalier et regarde en haut, derrière elle, en disant la phrase précédente.

Elle descend, regarde Cuisinier et Ligny ).

Margot                 Bonjour M'Sieur Dame. Excusez pour le dérangement et là je crois que je suis un peu coincée.

 

 

                                                (Les deux gendarmes arrivent derrière Margot).

 

Chef gendarme Là je crois que t'es coincée ma vieille. Allez, suis-nous maintenant sans faire d'histoire et lâches ton balai. Vas-y

                         attrape-là toi?

Margot              Toué, te fais cor un pas et t'é l'a din les loupes.

 

(Le gendarme recule).

 

Le chef               Bon alors, vas-y, moi je coupe sa retraite.

Margot              Ah les soldats à brouette ici, juste bons à attraper les gamins qui volent des pommes din l' gardin des Bournonville.

Le chef               Margot ça suffit.

 

                                              (il met la main sur l'arme, Cuisinier s'est levé)

 

 

 

Cuisinier            Du calme, du calme je vous prie. Margot cela vaut aussi pour toi, baisses ton balai.

                          Messieurs, voyons, ce n'est qu'une pauvre femme, Je la connais bien pour l'avoir soignée, un peu sanguine certes,

                           mais pas bien méchante.

Le chef              Pas méchante, une pauv'femme, vous en avez de bonnes docteur, avec la claque qu'elle m'a mis j'en ai le feu aux

                          joues.

Margot              T'as qu'à moins chiquer, t'es s'ras déjà moins rouge.

 

 

Gendarme         Et pis elle m'a mordu, regardez, vous qui êtes docteur, je vais pas avoir la rage?

Margot              Ah. .. Ah... grande coucoule.

Cuisinier            Bon allez maintenant ça suffit, j'ai autre chose à faire, vous allez m'expliquer les raisons de cette bataille de rue.

                          Margot! Qu'est-ce que tu as fait, tu as volé quelque chose?

Margot              Mais non docteur, savez bien que c'est pas l'genre d'la maison. Min père il étot charpentier d'bateau à s'batelage,

                          ed'ou qu'y a les Decuppe as'teur, et tout l'famille all'y est cor; eum n'homme et les zéfants, tout le monde travaille.

                          0 sommes des gins corrects docteur. 0 l'savez bien. On crie pet'ête un peu fort mais on est pas malhonnête.

                          A s'Batelage, d'où qu'on reste, tout l'monde il'sait. Din m'rue y disent:" Margot ............   fille ed' charpentier mais

                          s'langue al est pon in bo.

Chef gendarme Ça s'est vite dit mais en attendant on ne crache pas sur les gendarmes.

 

 

Margot               D'abord j'ai pas craché sur li mais sur ses bottes. Comme elles sont crapies, ça va aider à les faire luire.

Gendarme          Et on ne mord pas le bout du doigt d'un gendarme quand il vous fait voir un détritus dins... l' dallot.

1Y.l.argot            I'n'a eun tete ed' détritus

                           En fait docteur, ça fait huit jours qui passent ces deux là din m'rue et parce que M. le Sous-Préfet i va v'nir

                           ed'Calais in calèche et qu'i va passer par s'Batelage, forcémin i faut qu'les dallots soient propres.

 

 

Gendarme          Et alors, un peu d'hygiène ça ne peut que vous faire du bien.

 

Margot               Ouais on a compris mais c'est pas la peine ed'passer tous les jours, l'inauguration c'est din 15 jours, tête ed'piaf.

 

 

Cuisinier             Et oui et toi Margot tu as du répondre à ces messieurs à ta façon, toujours provocatrice la Margot.

Margot                Mais i' m'frait passer pour eun' noir' gueule ces deux là docteur.

Chef gendarme  Bon maintenant ça suffit, on l'embarque à Calais.

Cuisinier              Messieurs voyons, un peu de discernement, allons, pour si peu.

 

 

Gendarme           Ouais mais em' main docteur, ça peut être grave?

Cuisinier              Bon allez, on arrête là. Margot donne-moi ton balai et puis tiens, puisque le matériel des pompiers n'est pas

                           encore arrivé, Margot tu vas inaugurer nos vieilles caves, tu vas rester un peu à l'ombre, au frais, et tu vas te

                           calmer.

                          Allez, viens par là. Rentres là, je vais t'apporter à boire.

 

(Cuisinier entraîne Margot vers la prison et un gendarme vient aussi pour la faire entrer)

 

Margot               Touais, mets tes mains à tin bicorne, ça t'feras pinser a't femme.

 

 

Cuisinier             Allez Margot, ça suffit. Un peu de calme maintenant.

(il referme la porte).

                           Messieurs, ne vous inquiétez pas, je vais la surveiller, la raisonner, et son fil d'eau sera bien propre quand M. le

                           Sous-Préfet passera au Batelage. Je vous le garantis.

Le chef                Bon, allez pour un coup, ça va, mais c'est bien parce qu'on vous connaît Docteur parce que si une Guînoise mérite

                            la prison c'est bien votre Margot là.

Gendarme           Et pour ma main docteur?

Cuisinier              Non, ne vous inquiétez pas, c'est rien; c'est moi qui vaccine les Guînois contre la rage.

Le chef                 Bon, on compte sur vous Docteur, hein, faut la raisonner!

 

 

Margot                 C'est ça les « Poulets », retournez à Calais et bien (derrière la porte) l'bonjour à vos poules.

Cuisinier              Margot, ça suffit.

 

(il retourne s'asseoir).

 

Mme Ligny           Oh, quelle histoire. Mais cette femme c'est une folle, une hystérique. Vous êtes trop bon docteur Cuisinier.

Cuisinier               Sûrement Madame, sûrement.

 

 

Mme Ligny           Oh, je ne sais plus où j'en suis. Je suis toute retournée.

Cuisinier              (il tend des cartons pour le banquet) Voilà, c'est 100 francs Madame.

 


Textes: Eric Buy, Président

Crédit photo: J-L Bodart

 Société Historique de Guînes